MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

Site National du MJCF

Site National du MJCF

Palestine, Agir Ici et Maintenant!

 
 
 
 

Découvrir la campagne

Le conflit israélo-palestinien qui dure depuis plus de 60 ans est parfois complexe à comprendre. Cette complexité est redoublée par le flot d’amalgames, de non-dits voire de purs et simples mensonges qui encombrent presque toujours cette question dès qu’elle est évoquée. Confusion, rage et passion rendent souvent illisible le conflit et, à la fin, tout le monde rentre chez soi en se disant : c’est décidément inextricable et insoluble…

Pourtant, les faits sont là, clairs et têtus : le sang a coulé et coule encore ; la Palestine n’est toujours pas un État libre et indépendant, en dépit de six guerres, deux Intifadas, des dizaines de résolutions de l’ONU, plus de vingt ans de négociations…

Au point de départ, il y a bien cette injustice de fond : le peuple palestinien est privé d’État et subit la colonisation d’un autre État. Cette injustice est donc clairement politique et absolument pas religieuse.

Le conflit israélo-palestinien, c’est celui d’une puissance occupante – qui ne se définit pas par la religion de ses habitants (tous les Israéliens ne sont pas juifs !) – et d’un peuple occupé – qui ne se définit pas davantage par la religion de ses habitants (tous les Palestiniens ne sont pas musulmans !). C’est celui de la troisième armée du monde et d’un peuple sans État donc sans armée. C’est celui d’une grande puissance économique et d’un peuple écrasé et pillé, occupé et humilié – spoliation de terres, arrestations quotidiennes, emprisonnements arbitraires…

 

Il faut toutefois ajouter un niveau. Ce conflit de dimension apparemment régionale – la superficie totale de la « Palestine historique » est inférieure à celle de la Normandie – a en fait une dimension mondiale : Israël est en effet un allié économique et politique de premier plan des grandes puissances occidentales et, en premier lieu, des États-Unis d’Amérique mais aussi de l’Union européenne. Dimension mondiale encore avec le rôle de l’ONU : elle a édicté nombre de résolutions ordonnant à Israël de se conformer au droit international en mettant fin à cette politique d’un autre âge, la colonisation. Mais Israël se moque du droit international… et les États-Unis et l’Union européenne ne s’y intéressent pas davantage.

Lutter pour une Palestine libre et indépendante aux côtés d’un État israélien libre et indépendant, c’est lutter pour une paix juste et durable au Proche-Orient et la fin de l’impérialisme dans le monde.

 

Lors de son dernier congrès en 2010 le MJCF s'est doté d'un mandat national : celui d'une grande campagne sur la Palestine, pour une paix juste et durable au Moyen-Orient. Cette décision politique a été respectée, mais nous devons avoir clairement en tête les éléments qui nous y ont menés.

Les objectifs d’une campagne comme celle-ci sont multiples. Tout d’abord, il s’agit de se battre pour la fin d’un conflit qui dure depuis trop longtemps et qui concentre ce que l’impérialisme fait de pire (domination sur tous les plans du peuple palestinien par les israéliens, aidés par l’Europe et les USA). Ce combat pour une résolution du conflit doit se faire dans le respect de la souveraineté des Palestiniens.

Puisque nous sommes le MJCF, notre rôle est d’agir principalement en France. Nous devons militer pour que la jeunesse de notre pays connaisse le mieux possible les tenants et les aboutissants du conflit, afin de rejoindre la lutte et de pouvoir gagner ensemble.

Le conflit israélo-palestinien jouit d’une médiatisation importante en France mais n’est pas traité comme nous le souhaiterions. Trop de fois les médias jouent la carte du conflit religieux, trop de fois les israéliens et palestiniens sont mis sur le même plan, trop de fois les injustices ne sont pas révélées.

Pourtant, il y a tant à dire sur la Palestine. Les palestiniens souffrent chaque jour de la colonisation, de la difficulté à se déplacer ainsi que de la possibilité à travailler ou faire des études, mais aussi de l’accès à l’eau. Les droits humains les plus fondamentaux sont sans cesses bafoués. En plus de cela, le gouvernement israélien attaque régulièrement les civils palestiniens, sous couvert de « lutter contre le terrorisme ». Gaza subit des raids annuels sans que personne ne réagisse.

Nous ne pouvons pas accepter telle situation. Parce que nous sommes internationalistes, nous ne pouvons être libres tant que des peuples subissent la loi du plus fort dans le monde.

De plus, nous devons réussir à avoir une analyse fine du conflit et réussir à réfléchir la société israélienne et ses contradictions et notamment les mobilisations sociales qui l traversent et qui s’empêchent de déboucher sur une perspective de paix.. Par exemple, plus de la moitié d’entre eux sont favorables à la création d’un état palestinien mais ils votent régulièrement pour l’extrême-droite, qui ne défend pas cette idée. La société palestinienne est également complexe à comprendre, notamment par sa division politique, le rôle de l’OLP ou bien encore la question des moyens de résistance. A cela se rajoute, le rôle des pays avoisinants et de la communauté internationale.

Vous l’avez compris, le conflit est à la fois simple, puisque répondant à des logiques bien connus de dominations, mais également complexe car s’étalant sur une longue période historique ainsi que par le nombre et le rôle des acteurs.