MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

Site National du MJCF

Site National du MJCF

Réfugiés: Face à la haine de l’autre nous répondons Solidarité !

 
 
 

La question des migrants est sur toutes les lèvres et nourrit beaucoup de discours de haine. Mais personne ne semble vouloir parler des raisons du départ de ces femmes, hommes et enfants. Il s’agit de comprendre les raisons de leur départ et donc de dépasser les pensées réactionnaires et xénophobes qui déterminent leur arrivée en Europe.

 

Ce sont tout d’abord des régions entières de ce monde qui sont en proies à la guerre et à la violence. Le Proche et Moyen-Orient, la Corne de l’Afrique en sont de bons exemples. Nous affirmons que la fragilité de ces régions n’est pas sortie de nulle part mais bien le fait de déstabilisations et de spoliations systématiques depuis de nombreuses années, par les puissances occidentales qui aujourd’hui s’adonnent à l’hypocrisie et à la xénophobie.

 

Pour reprendre le parcours des réfugiés qu’on ne pourrait ou ne devrait pas accueillir, il faut regarder la réalité en face. Le Soudan, la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan ou encore la Palestine sont aujourd’hui dévastés par des années de guerre et de violence. Les conditions simples de vie y sont devenues insoutenables à causes des bombes, des affrontements. La guerre a cassé le quotidien de ces populations en détruisant les logements, les lieux de travail, de santé ou d’éducation. 

C'est pour défendre les intérêts des grands groupes, comme Total et Areva que des pays sont à feu et à sang. Comme pour l'occupation de la Palestine par Israël, la vraie raison, ce n'est pas un "clash de civilisations", ce n'est pas la religion ou la culture, c'est la volonté d'expansion et de domination des grands entreprises et des grandes puissances: c'est que nous nommons l'impérialisme.

 

Fuir son pays n'est jamais un plaisir ! Discriminer les migrants ,c'est faire le jeu de ceux qui brisent déjà notre avenir  !

Nous connaissons maintenant les conditions parfois tragiques de la migration. La politique de fermeture des frontières et de quotas entretenue par l’Union Européenne rend les parcours toujours plus difficiles et précaires. Les migrants qui prennent la route depuis le continent africain ou le Proche-Orient ont de nombreuses chances de ne jamais arriver à destination. La xénophobie, qui les exclut, tente de déshumaniser le débat en oubliant absolument les atrocités dont sont victimes les réfugiés, les milliers de kilomètres parcourus à pied et la mort qui guette depuis leur pays d’origine jusqu’à nos frontières bien gardées.

Une fois arrivés sur place, ici en France, exit toute notion de France terre d’asile ou d’accueil. On nous dit: on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais nous disons que toute la misère du monde ne veut pas venir en France, qu’ il faut arrêter les guerres et l'exploitation qui sont le moteur des crises mais aussi que les principales migrations se font au sein même des régions déstabilisées.

Mais nous ne voulons pas nous laisser aller à la peur, à la menace que représenterait l’accueil des réfugiés. Les guerres qu’ils et elles fuient, c’est nous qui les avons causées. Les situations sociales désastreuses, nos pays riches et puissants les observent en spectateur depuis des années et il s’agit donc de cohérence et de responsabilité. Nous refusons en bloc l’inhumanité dont sont victimes les personnes qui arrivent en France et en Europe. Nous refusons en bloc que ce soit la rue, la faim et l’errance comme seul destin réservé aux réfugiés.

Exigeons:

· L'abolition de la politique criminelle de l'UE à ses frontières au travers de l'abolition du programme Frontex

· L'engagement de notre pays pour l'égalité: droit de vote des étrangers, régularisation de tous les sans-papiers pour construire la solidarité entre jeunes et travailleurs d'où qu'ils viennent

· L'engagement de notre pays pour la paix: sortie de l'OTAN, fermeture des bases militaires à l'étranger

· L'engagement de notre pays pour le développement : Annuler les dettes des pays en voie de développement et fins des logiques de France-Afrique où le gouvernement soutien des dictateurs au bénéfice des grandes entreprises comme Total ou Areva..

· La lutte efficacement contre les filières criminelles qui exploitent la misère des migrants!