MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

Site National du MJCF

Site National du MJCF

Communiqué de presse des jeunes communistes du Puy-de-Dôme sur la répression contre les lycéens

 
 
 

Arrêt de la répression et des intimidations contre les lycéens clermontois, respect du droit à l’éducation et des libertés démocratiques !

Le mardi 17 mai, à l’occasion de la journée nationale d’action contre la loi travail, les lycéens de Jeanne d’Arc ont décidé collectivement de bloquer partiellement leur établissement et d’interpeller leurs camarades de classe sur la mobilisation en cours. L’un de nos camarades du Mouvement des Jeunes Communistes de France, militant actif dans la mobilisation des ly-céens, s’est vu refuser l’accès à son établissement par la proviseure, alors même qu’il se ren-dait en cours. Nous tenons à exprimer notre forte indignation face à cette atteinte au droit à l’éducation, droit démocratique fondamental, par la cheffe d’établissement du lycée Jeanne d’Arc !


Très rapidement, les intimidations administratives se sont transformées en intimidations poli-cières puisque le jeudi suivant, le 19 mai, nouvelle journée de mobilisation, notre camarade, qui a 15 ans, a fait l’objet de deux contrôles de police coup sur coup, dont l’un avec une fouille au corps, puis a été conduit et détenu au commissariat durant environ 1h30, au motif qu’il n’avait pas de papiers d’identité sur lui. Là aussi, nous tenons à dénoncer avec fermeté l’attitude de la police, qui a détenu sans raison légale un mineur, avec sans doute comme volonté et objectif de l’effrayer.


Ces deux épisodes nous semblent particulièrement graves dans la mesure où des services dé-pendants de l’Etat viennent porter un coup aux libertés démocratiques d’un jeune lycéen, justement en raison de sa participation au mouvement social. Nous exigeons ainsi le respect du droit à l’éducation, le respect de la liberté d’opinion et de manifestation des lycéens, ainsi que l’arrêt immédiat de toute mesure administrative dans les établissements, ou policière en dehors, visant à intimider les lycéens en lutte.


Ces deux épisodes font également écho à des événements similaires dans le reste de la France. Nous exprimons donc notre pleine et entière solidarité avec tous les lycéens de France visés par les pressions et les intimidations de leurs chefs d’établissements et de la po-lice et exigeons le respect plein et entier de leurs droits et libertés démocratiques.