MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

Site National du MJCF

Site National du MJCF

Militants, pas criminels !

 
 
 

Depuis des mois nous sommes massivement mobilisés contre la politique du gouvernement et sa loi travail qui vise à nous précariser à vie. Les jeunes et les salariés s'illustrent depuis le 9 mars dernier dans de nombreuses formes de mobilisation. Malgré les pronostics d'essoufflement et de fin de mouvement, et malgré la tentative de passage en force à l'Assemblée Nationale avec le 49-3, nous ne baissons pas les bras et nous restons plus que jamais déterminés à obtenir le retrait de ce projet de loi.

 

Nous, jeunes communistes, sommes pleinement solidaires et apportons notre soutien total aux salariés en grève, notamment dans toutes les raffinerie du pays. Le gouvernement veut imposer sa loi contre l'avis de l'immense majorité de la population. Par cette stratégie, il joue un jeu dangereux et inacceptable. De concert avec les salariés, nous considérons que face à ce blocage gouvernementale, le rapport de force économique est un véritable moyen de nous défendre et d'échapper à cette prise en otage de la démocratie par Valls et le MEDEF.

 

Nous dénonçons fermement la violence avec laquelle le gouvernement choisit de traiter notre mobilisation. La répression qui s'abat depuis le début du mouvement sur nos camarades passe à la vitesse supérieure. Depuis le début de la semaine, c'est le droit de grève qui est directement attaqué par l’exécutif, qui envoie les forces de l'ordre sur des salariés dont le seul tord est d’exercer un de leur droits constitutionnels les plus fondamentaux. Ce matin par exemple la police a violemment délogé les grévistes de la raffinerie de Fos-sur-Mer et ce jusque dans leur propre locaux syndicaux.

 

Plus généralement, sur l'ensemble du territoire, des militants sont intimidés, violentés, voire menacés de peines lourdes, inquiétés pour avoir oser se mobiliser. C'est le cas de quelques jeunes communistes, notamment à Amiens, Saint-Etienne, ou encore dans le Puy de Dôme. Pour avoir manifester, bloquer un lycée, interpeller un parlementaire, ou encore occuper pacifiquement un bâtiment, nos camarades se font arrêter et risquent pour certains jusqu'à 5 ans de prison ferme.

 

Nous condamnons les violences inacceptables à l'encontre des jeunes et des salariés mobilisés et nous réclamons l'abandon immédiat des poursuites qui visent nos camarades. Nous réaffirmons notre soutien total aux mouvements de grève en cours et nous y apportons notre aide directe partout où nous sommes présents.

 

Nous serons évidemment présents dans la rue lors des journées de mobilisation du 26 mai et 14 juin prochains. Et enfin, puisque le gouvernement fait le choix du déni de la démocratie, nous allons l'organiser nous mêmes, avec les organisations de jeunesse et l'intersyndicale, par une grande votation populaire.

 

Militants et pas criminels, notre objectif est clair : retrait de la loi travail !

 

Militants, pas criminels !